A la Une

Projet de construction d'un kodakistan (crèche maternelle)
Kodakistan : structure d’accueil de la petite enfance (de 3 mois à 6 ans), ou « jardins d’enfants »,
Fiche du projet

| ACCUEIL | NOUVEAU SITE NEGAR | Qui sommes-nous ? | Liens | Contactez-nous | Parrainage |
ACCUEIL arrow Carte du site arrow Soutien à l'éducation des filles arrow Soutien apporté par NEGAR aux écoles de filles des régions non contrôlées par les talibans
17-01-2018
 
 
Soutien apporté par NEGAR aux écoles de filles des régions non contrôlées par les talibans Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail



VOYAGE EFFECTUE DANS LE NORD DE L’AFGHANISTAN EN AOUT 1999



En 1999, au cours d’un voyage dans les régions de Takhar, Parwan et Kapiça, non soumises aux Taliban, Shoukria Haidar et Chantal Véron ont eu l’occasion de visiter différents lycées et écoles de filles ou mixtes, par exemple le lycée de filles de la ville de Taloqan (Province de Takhar), le lycée de filles de Sangona, et plusieurs écoles primaires de la vallée du Panjshir.

Ces régions subissant depuis plusieurs années les attaques des Taliban, tout l’effort gouvernemental est concentré sur la défense, et ces écoles fonctionnent avec très peu de moyens.

Les bâtiments sont très dégradés, voire inexistants, et les cours ont alors lieu sous tente ou dans la mosquée du village. Il n’y a ni tables ni chaises, les élèves sont assises par terre. Les tableaux, craies, livres et autres fournitures manquent cruellement. Les salaires des professeurs sont faibles et versés très irrégulièrement.

Emues par le grand nombre d’élèves et de professeurs ( à 98% des femmes) présentes malgré la grande difficulté à étudier et à enseigner dans de telles conditions, nous avons décidé de les aider dans la mesure de nos moyens.

Nous avons versé 1 mois de salaire aux 83 personnels du lycée Bibi Maryam de Taloqan (2 700 élèves), soit 6 785 F. Nous avons aussi versé 2 mois de salaire aux 52 personnels de 5 écoles de villages, soit 6 552 F.

Notre arrivée dans la vallée du Panjshir avait coïncidé avec une grande offensive des Taliban sur le plateau du Chamâli, et nous avions assisté à l’arrivée de milliers de réfugiés. Aucun journaliste ni aucune association humanitaire n’étant présente, nous avions pris l’initiative de distribuer une partie de l’aide destinée aux écoles aux réfugiés, femmes et enfants pour la plupart, qui avaient fui sans pouvoir rien emporter et arrivaient à pied , démunis de tout.

Les autorités les logeaient dans les écoles et les mosquées, et chaque villageois logeait des familles entières.

Galerie Photos

< Précédent   Suivant >
 
Top!
Top!