A la Une

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU 8 MARS ORGANISEE PAR NEGAR A KABOUL
Pour la deuxième fois depuis la fin de la guerre, NEGAR a voulu célébrer à Kaboul le 8 mars, Fête internationale des Femmes et s'associer à la Marche Mondiale des Femmes
lire la suite

Lire la suite...
| ACCUEIL | NOUVEAU SITE NEGAR | Qui sommes-nous ? | Liens | Contactez-nous | Parrainage |
ACCUEIL arrow Carte du site arrow Les actions de Negar arrow COMPTE RENDU de la MISSION KODAKISTAN - 6/13 mars 2005
20-07-2018
 
 
COMPTE RENDU de la MISSION KODAKISTAN - 6/13 mars 2005 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
COMPTE RENDU de la MISSION KODAKISTAN - 6/13 mars 2005
Une SOCIETE RUDE et INEGALITAIRE
La VIE QUOTIDIENNE
Les MALADIES de la SOCIETE
SITUATION POLITIQUE
Des NOUVELLES du KODAKISTAN
Quelques PHOTOS




Les maladies de la société :

D’autres signes graves quoique moins visibles nous ont été confirmés de toute part, dénoncés par divers responsables, et d’abord, signe atterrant pour nous qui venions à l’occasion du 8 mars, une prostitution galopante.
Shoukria en a fait le thème principal de son discours d’inauguration de la manifestation du 8 mars, tant ce fléau lui semble grave.
Le Directeur du Plan du Ministère de l’Enseignement Supérieur, doyen de la faculté d’économie, rencontré en dehors de ces manifestations du 8 mars, confirme : « La baisse de l’afghani, devenu une des monnaies les plus faibles du monde, conduit à la corruption parce que les fonctionnaires n’ont pas de quoi vivre. Le coût de la vie a beaucoup augmenté. La réforme de la fonction publique l’an dernier a mis à la rue tous les plus petits salariés, des femmes pour la plupart. N’ayant plus de moyens pour vivre, souvent veuves ou abandonnées, elles tombent dans des réseaux de prostitution. Dans mon quartier, l’an dernier, il y avait deux bordels, cette année, il y en a 34! Il y a dedans des anciennes fonctionnaires.»
Les femmes ne sont pas les seules victimes. On parle comme de séquelles du talibanisme, de « sexualité masculine malade », on cite des cas d’ hommes de la génération des 30 ans qui auraient besoin d’être pris en charge et soignés, avec des comportements à risque, abrutis d’ internet et d’émissions télévisées les plus consternantes. On parle aussi de la prostitution et des viols d’enfants.
Les soignants qui reçoivent des enfants concèdent sans commentaire que l’on amène des petits garçons pour « déchirures anales ».
Dénonciations confirmées de plusieurs sources différentes malgré la « pudeur » de mise des interlocuteurs afghans.

Du côté de la vie privée des femmes, rien de tout à fait neuf hélas, beaucoup de mariages continuent de se dérouler à la convenance des familles et des clans. Nous apprendrons que le lycée de filles « Malalaï » qui fonctionne sous l’égide de la France, et où l’on ne retrouve pas les élèves les plus pauvres, a créé en urgence une crèche pour les bébés des élèves ( 14- 17 ans en principe). Et l’une des revendications de la 2ème conférence de Kaboul en 2002 était que l’âge du mariage pour les filles soit 18 ans !

Nous n’aurons pas le temps du fait du travail qui nous absorbe, de nous renseigner sur les sujets douloureux dont les médias français se sont faits l’écho ou dont on nous a demandé des nouvelles, tels le sordide hôpital psychiatrique des femmes le Marestoun que certaines avaient visité en 2002, la hausse de la consommation d’opium, la prison des femmes, les mariages forcés. Une trop brève rencontre avec une femme médecin gynécologue ne nous a pas permis d’aller très loin dans l’échange, sinon de voir que le sujet de la contraception l’intéressait. Concernant le sida, le discours officiel est qu’il n’y a que peu de cas et que cela ne concerne que des étrangers (comprendre : les afghans de la diaspora). A propos de la culture et de l’exploitation de l’opium, nous n’apprendrons rien de plus que ce que l’on en dit en France, sinon des exemples de fortunes vraisemblablement liées à son économie.



< Précédent   Suivant >
 
Top!
Top!