A la Une

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU 8 MARS ORGANISEE PAR NEGAR A KABOUL
Pour la deuxième fois depuis la fin de la guerre, NEGAR a voulu célébrer à Kaboul le 8 mars, Fête internationale des Femmes et s'associer à la Marche Mondiale des Femmes
lire la suite

Lire la suite...
| ACCUEIL | NOUVEAU SITE NEGAR | Qui sommes-nous ? | Liens | Contactez-nous | Parrainage |
ACCUEIL arrow Carte du site arrow Les actions de Negar arrow 2ème conférence KABOUL Juin 2002
17-07-2018
 
 
2ème conférence KABOUL Juin 2002 Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Index de l'article
2ème conférence KABOUL Juin 2002
La situation actuelle
Qui participe
RESOLUTION FINALE

RESOLUTION FINALE

DEUXIEME CONFERENCE DES FEMMES AFGHANES
(dans les domaines des Droits, de l'Education, des Questions Sociales)
Kaboul, 7-9 juin 2002
Organisée par NEGAR-SOUTIEN AUX FEMMES D'AFGHANISTAN


Les 7, 8 et 9 juin 2002, NEGAR a organisé à Kaboul sa deuxième conférence de femmes afghanes. Environ un millier de femmes afghanes, intellectuelles, représentantes d'organisations féminines, d'institutions éducatives, et d'organisations gouvernementales concernées par les questions juridiques, de tout l'Afghanistan, et 48 femmes non-afghanes venues de 4 continents, y compris des représentantes des Nations-Unies, ont assisté à cette conférence, à leurs propres frais.

Des personnalités importantes compétentes dans différents domaines se sont adressées à l'auditoire sur un certain nombre de sujets. Il s'agissait de Monsieur Ismaël Qasemyar, Président de la Commission Spéciale Indépendante de la Loya Djirga extraordinaire, Claire Nancy, Représentante Spéciale de Geneviève Fraysse, Députée au Parlement Européen (Présidente de la Commission Droits des Femmes du Parlement), Constance Borde, représentant le Comité Electoral des Femmes Américaines, Annie Sugier, représentant les activistes féministes mondiales, et notamment l'ardente supporter des droits des femmes afghanes et députée au Parlement européen, Emma Bonino. Sima Samar, Ministre des Affaires Féminines, dans son allocution finale, parla de la nécessité de faire d'autres rassemblements aussi efficaces et couronnés de succès.

Pendant trois jours, les participantes afghanes ont discuté des besoins et des problèmes des femmes afghanes, dans trois commissions, des Droits, de l'Education et des affaires sociales (qui avaient été déterminées et dénommées lors d'un séminaire préliminaire de 350 femmes, organisé par NEGAR à Kaboul en janvier 2002). Elles ont ensuite sélectionné cinq points prioritaires qui doivent faire partie de tout plan d'action concernant l'Afghanistan. Finalement, les cinq points sélectionnés ont été revus et discutés en assemblée générale.

La résolution suivante est la décision finale de l'assemblée générale de la Conférence.

I - La Commission des Droits

1- Nous, femmes afghanes, réitérons notre demande que les articles de la Déclaration des Droits Fondamentaux de la Femme Afghane (rédigée et signée lors de la première Conférence des Femmes Afghanes à Douchanbé(Tadjikistan) en juin 2000) fassent partie de la prochaine Constitution.
2- Nous nous engageons dans une campagne active pour continuer à recueillir des soutiens pour la dite Déclaration, qui représente la volonté populaire du peuple afghan.
3- Conséquence de la suppression de nos droits, particulièrement le droit au travail, par les Talibans, nous avons souffert de grandes pertes économiques et financières, et nous demandons à la Communauté afghane et internationale de nous aider à recevoir réparations de ceux qui ont fait de nous des victimes.
4- Nous demandons que la participation des femmes afghanes dans toutes les sphères politiques, économiques, sociales et culturelles ait lieu avec une représentation significative, d'une manière juste et démocratique et sans discrimination.
5- Nous sommes certaines que la formation et l'information sur les droits et les lois sont un des besoins les plus importants des Afghanes, et qu'elles doivent se dérouler dans tout l'Afghanistan.

II - La Commission de l'Education
1- Les femmes afghanes veulent la reconstruction et la réhabilitation de toutes les salles de classe et de toutes les écoles, avec un équipement convenable et de l'eau potable.

2- Elles veulent la création et le développement de cours de rattrapage pour les niveaux allant du CP à la Terminale, y compris des cours d'anglais et d'informatique.
3- La création et le développement d'écoles pour les femmes mariées et les filles ayant dépassé l'âge d'aller à l'école dans tout l'Afghanistan.

4- Le développement de programmes d'alphabétisation pour tout l'Afghanistan.

5- L'établissement d'une infirmerie dans chaque école.

III - La Commission Sociale

1- Priorité à l'hygiène, à la collecte et au traitement des ordures dans les zones très peuplées, et aux cours d'hygiène.

2- Reconnaissance et réintégration des femmes qui ont été victimes de représailles ou de mariages forcés par les Talibans et les membres de Al-Qaida, et qui font maintenant face à un avenir incertain et infamant, y compris les droguées et les veuves qui sont maintenant soutiens de familles.
3- Création de maternités et de dispensaires mères et enfants dans tout l'Afghanistan.
4- Soins aux enfants, y compris crèches, aires de jeux, et terrains de sports.
5- Création et développement de projets artistiques et artisanaux, tels que la couture, la broderie, la fabrication des tapis, le travail du cuir, y compris les cours d'anglais et d'informatique.
Nous, qui avons adopté cette Résolution exprimant les difficultés et les besoins les plus urgents dans les 15 articles ci-dessus, demandons aux autorités provisoires de l'Afghanistan et aux autorités étrangères qui jouent un rôle dans le processus de paix et dans la reconstruction de l'Afghanistan de lui apporter une attention particulière.
L'Association NEGAR, à son niveau, promet qu'elle diffusera et fera connaître le plus largement possible ce document, et continuera sa lutte pour les Droits Fondamentaux de la Femme Afghane, dans le but d'un Afghanistan libre, indépendant et légitime.




< Précédent   Suivant >
 
Top!
Top!