A la Une

COMPTE RENDU DE LA JOURNEE DU 8 MARS ORGANISEE PAR NEGAR A KABOUL
Pour la deuxième fois depuis la fin de la guerre, NEGAR a voulu célébrer à Kaboul le 8 mars, Fête internationale des Femmes et s'associer à la Marche Mondiale des Femmes
lire la suite

Lire la suite...
| ACCUEIL | NOUVEAU SITE NEGAR | Qui sommes-nous ? | Liens | Contactez-nous | Parrainage |
ACCUEIL arrow Carte du site arrow Soutien l'ducation des filles arrow Rapport Negar Septembre 2007
17-01-2018
 
 
Rapport Negar Septembre 2007 Convertir en PDF Version imprimable Suggrer par mail

Les actus de NEGAR ( septembre 2007 )




Chantal Véron devant sa classe


1- Droits des femmes

Pendant l’hiver 2006 – 2007, Shoukria a organisé un réseau de bureaux de Negar en plus de Kaboul dans les villes de Charikar, Kunduz, Taloqan, Mazar-I-Sharif, dans le but d’établir et de développer des réseaux de femmes déjà mis en place. Deux personnes dans chaque bureau ont été engagées, des contacts ont été pris avec des officiels locaux pour présenter le travail dans chaque région.
Des séminaires, des meetings et des réceptions ont été organisés pour familiariser la population avec la notion de travail sur un niveau local, et pour les informer sur l’importance de la mobilisation dans le processus démocratique.

En mai et juin 2007, avec l’aide de ses bureaux locaux, NEGAR a organisé des séminaires de 3 jours dans ces mêmes villes, autour du thème de la société civile : participation active des femmes pour l'organisation et la structuration de la société, en vue de l'évolution et de l'avancement des droits des femmes, car un certain nombre de faiblesses existent dans la situation actuelle:

. Perturbation due à la guerre
. Manque de compétences organisationnelles et de capacités décisionnelles
. Et sérieuses incompréhensions entre divers groupes politiques, ethniques, linguistiques et religieux

Ces séminaires réunissaient une cinquantaine de femmes dans chaque ville, venant de diverses organisations, fonctionnaires de différentes couches sociales et sensibilités politiques, professeurs de lycées ou d'universités, étudiantes, et femmes au foyer, qui désiraient toutes mettre leurs compétences au service de l'évolution des droits et de la place des femmes dans la société.

Shoukria faisait partie des formateurs, accompagnée de 2 juristes, hommes et femmes, dans chaque ville, experts en droit des associations et procédures parlementaires

Avec ces séminaires, les femmes qui ont des rôles importants dans la société ont mieux compris leur importance, et ont décidé d'aider les autres femmes à s'organiser en associations pour travailler avec les élus locaux, leur exprimer leurs problèmes de façon à ce que ceux-ci soient ensuite relayés à l'Assemblée Nationale.
A la fin de chaque séminaire, des associations de femmes se sont créées et une conférence finale de 2 jours a réuni une dizaine de déléguées de ces provinces à Mazar où elles se sont organisées pour agir ensemble.

2- Education

- En collaboration avec la Fondation Sandy Gall, envoi de 8 professeurs-formateurs diplômés au Panjshir, venus de Kaboul ou de Kapissa, dans 2 lycées de filles et 2 lycées de garçons: Bozorak et Sangona.
Ces professeurs sont chargés de donner des cours aux lycéens, ( maths, physique, chimie, anglais ),car il n'existe aucun prof diplômé au Panjshir, (même pas la moitié ont leur bac), et les élèves n'ont donc pas suffisamment d’enseignants; ils sont chargés aussi de former les professeurs existants sur place, de façon à ce que ceux-ci puissent dans l'avenir intégrer le centre de formation des professeurs du Panjshir et donner eux-mêmes des cours dans les lycées.
Ils vont rester 9 mois, et pendant les vacances d'hiver, ils donneront des cours aux élèves de Terminale, de façon à ce qu'ils ou elles puissent passer le concours d'entrée à l'Université.

-Organisation de cours au mois d'août avec 2 étudiants de Pau, dont 1 étudiant en thèse, spécialiste de chimie, et une étudiante en anglais.
Les cours ont eu lieu pendant 2 semaines au Panjshir, pendant les vacances d’été, pour les professeurs des lycées de Sangona et de Bozorak, et du Collège de Badqol, le matin 3 heures pour les femmes, et l'après-midi 3 heures pour les hommes, en maths - chimie, et en anglais (Chantal faisait les cours, assistée de l'étudiante).
Ensuite 1 semaine et demie de cours à Charikar, seulement l'après-midi car les vacances étaient finies, pour hommes et femmes ensemble.

-En septembre, avec l'organisation Afghanistan Libre, organisation de cours de formation à la pédagogie du dari (persan) pour les institutrices des CP, CE1, CE2, pendant 3 semaines, avec une formatrice de l'association Afrane.
Les cours ne concernent que des femmes et ont lieu au lycée de filles de Anaba (Panjshir) (soutenu par A. Libre); Negar y envoie 2 institutrices de Sangona, et 2 de Badqol, le matin, qui sont formées à être elles-mêmes formatrices, et que nous pourrons ensuite envoyer dans d'autres écoles du Panjshir pour former d'autres institutrices, femmes ou hommes. Nous y envoyons aussi 3 institutrices de l'école de Malaspa l'après-midi qui sont formées pour leurs cours.

-Organisation d'un petit jardin d'enfants dans 2 salles du lycée de filles de Bozorak, qui accueille les enfants des professeurs pendant leurs cours. Negar paye le salaire de 2 femmes du village, une institutrice et une aide-maternelle, l'une veuve et l'autre orpheline. Sans cette organisation, les professeurs amenaient leurs jeunes enfants avec elles dans leurs classes pendant leurs cours, ce qui faisait un sacré remue-ménage! Negar a acheté aussi une moquette pour les 2 salles, et distribué de quoi faire des coloriages et raconter des histoires.








< Prcdent   Suivant >
 
Top!
Top!